Publié le

Yves Rouquette

Né à Sète en 1936 dans une famille d’Aveyronnais descendus de la montagne pour gagner leur vie.
Si les parents se parlent entre eux en langue d’oc, c’est en français qu’ils s’adressent à leurs enfants, Yves et Jean. L’avenir et le sens de l’histoire commandent alors de maîtriser le français et d’oublier la langue ancienne, celle du foyer. De cette frustration, naîtront le désir et l’appétit du jeune Rouquette envers la langue occitane.
La guerre sera pour Yves l’occasion d’un retour en Aveyron, à Camarès, dans la maison familiale bâtie sur la colline, face à la combe. Là il entendra l’occitan dans les rues et les chemins du village et se mettra à le parler, à son tour.
Plus tard, c’est grâce aux cours de Robert Lafont au lycée de Sète qu’Yves Rouquette aura la révélation que ce parler de simples gens est aussi une langue d’écriture et de culture. Initiation que les affrontements futurs ne feront pas renier…
C’est le début d’un long compagnonnage amoureux avec la langue d’oc et l’écriture.

Un premier recueil poétique est publié en 1958, L’Écrivain public, suivi de beaucoup d’autres. On y perçoit l’attention portée à la langue des pauvres, source de l’inspiration poétique de l’écrivain occitan, à l’opposé de tout savoir professoral. Sans que cela détourne le moins du monde de la lecture des bons auteurs ! Ainsi, l’œuvre littéraire d’Yves Rouquette témoigne du génie de la littérature occitane depuis plus de 50 ans : la Messe pour les cochons, Ceux de Camarès, Miséricordes, l’Ordinaire du Monde, pour n’en citer que quelques uns.

Professeur de lettres dites classqiues, il vit de longues années à Béziers avec Marie Rouanet, sa femme. Ce sont des années de militantisme culturel et politique pendant lesquelles Yves Rouquette, Saint Aphrodise et Capitaine Pépésuc des temps modernes, veut renverser les montagnes et rêve de soulever le peuple occitan. Ce sera un échec et il en restera longtemps affecté.
Mais il pose aussi à ce moment là certaines des fondations de la maison commune occitane : c’est la création de la maison d’édtion de disques Ventadorn ou la création du Centre International de Documentation Occitane à Béziers.
Une fois les affrontements culturels et politiques de l’occitanisme des années 1980 achevés, certains milieux académiques feront mine d’ignorer l’écrivain pendant une quinzaine d’années.
Yves Rouquette poursuit cependant son travail d’écriture, retiré dans sa maison de Camarès, et publie, année après année, une œuvre de grande ampleur. S’y perçoivent aussi les interrogations de l’homme sur son existence et son devenir (Des deux principes, Lui, Job).
Essentiellement poète, il touche aussi à de nombreux autre genres : théâtre, prose, roman, nouvelles, contes, livres pour enfants ou traductions…

Un des plus grands écrivains occitans contemporains, tout simplement.

Yves Rouquette est mort en janvier 2015.

Bibliographie occitane
d’Yves Rouquette

Poésie

  • L’escrivèire public, Toulouse, IEO, 1958.
  • Lo mal de la tèrra, M.J.O., 1959.
  • Òda a sant Afrodisi, Toulouse, I.E.O., 1968.
  • Breiz Atao, avec E. Espieu et J. Larzac, Toulouse, IEO, 1969.
  • Roèrgue, si, 4 Vertats, 1969.
  • Messa pels pòrcs, 4 Vertats, 1969.
  • Los Negres, siam pas sols, 4 Vertats, 1972.
  • Quand lo sang es tirat, lo cal beure, (Villeneuve-sur-Lot), Forra-borra, 1972.
  • Vila dubèrta, (Villeneuve-sur-Lot), Forra-borra, 1973.
  • Roèrgue, si ; Òda a sant Afrodisi ; Messa pels pòrcs, Honfleur, Pierre-Jean Oswald, 1972.
  • Lo fuòc es al cementèri, Toulouse, IEO, 1974.
  • Joan sens tèrra, Villeneuve-sur-Lot, Forra-borra, 1975.
  • Ponteses, Forra-borra, 1976.
  • Lo castel dels cans, Montpellier, CEO, 1977.
  • Misericòrdias, La Talvera, 1988.
  • Dels dos principis, Fernand Gautier, 1988.
  • L’Escritura, publica o pas, IEO, 1989.
  • Cellula XIII, Hyères, Les Cahiers de Garlaban, 1992.
  • Lemosin’s blues, Letras d’òc, 2005.
  • Pas que la fam / La faim, seule. 1958-2004, Letras d’òc, 2005.
  • El, Jòb, Letras d’òc, 2007.
  • Lo cant dels millenaris, seguit de Dieusses primièrs, Cap l’Òc, Sant Africa, 2013.

Romans et nouvelles
Lo poèta es una vaca, Lo libre occitan, 1967 (réedition Cap l’Òc, Sant Africa, 2013)
La Paciéncia, IEO, 1968.
Made in “France”, IEO, 1970.
Lo trabalh de las mans, IEO, 1977.
Lo peis de boès dins lo metrò, Vent terral, 1979.
Zantifalorda e companhia, Viure a l’escòla, 1979.
Anem ambe Ricon al vilatge de papet e mamet, IEO, 1981.
Lengadòc roge : los enfants de la bona, IEO, 1984.
Lo filh del paire (jos lo nom de Loïs Puech), IEO, 1985. Novèla edicion : IEO, 2007.
Nòstre Sénher de las escobilhas, Omnibus, 1990.
La legenda de sant Men, Omnibus – IEO Aude, 1993.
Argerianas, Lo gai saber, 1994.
Marion dels arbres, IEO, 1996.
L’ordinari del monde, Letras d’òc, 2009.
A cada jorn son mièg lum (L’ordinari del monde II), Letras d’òc, 2015.

Théâtre
Lo cant de la tèrra suspenduda, CIDO, Besièrs, 1985. Adaptacion d’Angelo Savelli.
Repres jos lo títol de Lo cant de la tèrra dins l’entredòs,
Auteurs en scènes – Les presses du Languedoc, Montpellier, 2004.
Lo boçut que voliá faire lo torn de França, IEO, 1989.
La ciutat negada, 1992.
Las aventuras de Nasr Eddin, Toulouse, CRDP, 2003.
Lo cant dels milenaris, Auteurs en scènes – Les presses du Languedoc, Montpellier, 2004.
Armistiça, o las non-parelhas recèptas de las femnas d’Atènas per far tornar la patz,
Letras d’òc, 2006. Adaptacion d’Aristofanes.

Essais
Sègle vint, CEO, 1974.
Las cronicas de Viure, Vent terral, 1975.
Los carbonièrs de La Sala, Vent terral, 1975.
Istòria dels païses de lenga occitana, CIDO, 1979.
De la vinha, del vin e dels òmes, IEO, 1987.
Elva, la glèisa e Hans Clemer, Chambra d’òc, 2003.

Traductions
Joseph Delteil, Nòstre Sénher lo segond (Jésus II), IEO, 1973.
Bertrand Hauréau, Bernat Deliciós : Franciscans contra Inquisicion (Bernard Délicieux), IEO, 1981.
Paul Valéry, Lo cementèri marin (Le cimetière marin), Omnibus, 1991.
Joseph Delteil, Colerà (Choléra), IEO, 1993.
Jean Giono, L’òme que plantava d’arbols (L’homme qui plantait des arbres),
Occitania viva, 2002.
Elio Vittorini, Conversacion en Sicília (Conversation en Sicile), Lo gai saber, 2003.
Alain Lerchet, Las trèvas d’Orador (Les fantômes d’Ouradour), IEO, 2003.


Rôles : Ecrivains. Dialectes : Languedocien.